Accueil   |   Au sujet  |   Contactez nous  |   English
facebook      twitter

Récentes Nouvelles et Information

spacer

6 juin 2016

Les lauréats des T3M : clarté, bon sens et volonté de changer les choses


Ottawa - Un candidat au doctorat travaillant au développement d’un traitement pharmaceutique comme solution de rechange à une intervention chirurgicale délicate est le champion du concours des Thèses en trois minutes du Canada (T3M).

Gah-Jone Won est un étudiant au doctorat à École d’optométrie et de vision et du département de biologie de l’Université de Waterloo, sous la direction de la Dre Vivian Choh qui a été une ardente partisane des T3M. Son travail se concentre sur le cristallin, une structure à l’intérieur de l’œil qui change de forme afin de mettre au foyer l’image des objets proches. Avec le vieillissement, cette lentille se raidit et perd sa capacité de mettre au point l’image des objets se trouvant à proximité, une condition appelée presbytie.

C’est un autre type de précision et de clarté qui a frappé les juges à la recherche de présentateurs possédant les aptitudes de communication requises pour concentrer des années de travail en un monologue de trois minutes – pour le grand public.

Le membre du jury et réalisateur de l’émission Ideas de la CBC, Tom Howell, a déclaré qu’en plus de connaître son sujet comme le fond de sa poche, M. Won a adopté un ton enjoué et informel qui a mis son auditoire à l’aise. « Le public n’a pas eu l’impression que vous lui parliez comme à des enfants, en expliquant à l’excès les évidences. Il peut sembler facile d’éviter cela mais, en fait, c’est plutôt rare. Ne perdez pas cette compétence! » a-t-il conseillé à M. Won.

Gah-Jone a déclaré qu’il lui importait de trouver un travail à la fois valorisant et susceptible de changer les choses. C’est ce qui s’est produit, tant au labo qu’en classe. « Je me suis aperçu que j’adore enseigner. Le visage des étudiantEs qui s’éclaire lorsque tous les éléments se mettent en place – c’est fantastique. »

La deuxième place a été décrochée par l’étudiantE à la maîtrise en génie mécanique et industriel Ana Maria Medina Ramirez, de l’Université Concordia. Sa recherche porte sur le développement d’une « mousse métallique » à faible coût qui pourrait être utilisée dans les véhicules routiers. Elle a comparé la structure interne de ce matériau à celle d’un pain baguette, une image fascinante pour l’auditoire. (photo ci-jointe)

« Si j’écrase ma mousse, toute l’énergie reçue de l’impact est emprisonnée et dispersée, a expliqué Medina Ramirez durant son exposé. C’est comme écraser un biscuit soda ou une baguette. Le biscuit va se briser en mille morceaux, tandis que la baguette, en raison de sa composition, a tendance à se stabiliser d'elle-même après l’impact. »

Popularité croissante des T3M

Plus de 3 800 personnes ont voté cette année pour le prix Choix du public. La gagnante a été Carly Cameron, de l’Université Brock, pour sa recherche sur l’image corporelle au gymnase.

« Un si grand nombre de ces présentations étaient impressionnantes dans leur manière de communiquer des sujets extrêmement complexes en trois minutes », a noté la membre du jury et réalisatrice de l’émission Ideas de la CBC, Nicola Luksic.

Les organisateurs sont unanimes : le calibre des compétences en communication des participantEs s’est amélioré durant les trois années qui ont suivi la première édition des Thèses en trois minutes du Canada.

« Un nombre accru de directeurs et de directrices d’étudiantEs des cycles supérieurs appuient ce projet : l’importance des compétences qu’il enseigne ne fait pas de doute à leurs yeux. L’encadrement et le mentorat se perfectionnent chaque année, relève Sally Rutherford, directrice générale de l’ACES. Le calibre des candidatures met en évidence la rigueur universitaire et la participation au monde réel qui sont essentielles aux études supérieures au Canada. »

Les 11 finalistes ont été filméEs en vidéo devant public aux concours régionaux de l’Université Memorial, de l’UBC-Okanagan et de l’Université Wilfrid Laurier. Ces finalistes ont été choisiEs parmi 36 écoles et facultés d’études supérieures et plus de 1 800 étudiantEs.

On les a mis au défi d’expliquer leurs travaux de recherche et l’impact de ceux-ci à un public de gens ordinaires. Pas d’accessoires. Une seule prise. Une diapositive.

En plus d’un prix en espèces de 1 500 $, la personne championne nationale assistera au congrès annuel de l’ACES à Toronto en novembre 2016. La personne finaliste qui se classe en deuxième place reçoit 1 000 $. La personne qui remporte le prix Choix du public reçoit pour sa part 500 $.

Si vous n’avez pas déjà vu les vidéos des 11 finalistes, vous pouvez les regarder ici.