Accueil   |   Au sujet  |   Contactez nous  |   English
facebook      twitter

Récentes Nouvelles et Information

spacer

6 août 2014

Prix 2014 de la thèse de doctorat avec distinction: La santé de nos océans.


pic Ottawa - Une thèse de doctorat qui analyse plus d’un siècle de données pour examiner la santé des océans du monde entier a obtenu le Prix canadien 2014 de la thèse de doctorat avec distinction dans la catégorie Génie, science médicale et sciences naturelles.

Daniel Boyce (PhD Biologie) de l’Université Dalhousie a compilé une collection sans précédent de données océanographiques historiques et récentes pour documenter le déclin du phytoplancton. La minuscule algue est la source principale d’alimentation dans les écosystèmes océaniques.

Son travail a lié l’élévation de la température des couches supérieures de l’océan et les conditions océanographiques changeantes à la présence de phytoplancton, et il a démontré une baisse de 1 pour cent chaque année pendant les dernières 40 années.

Les résultats obtenus par Boyce contribuent à une quantité croissante de preuves scientifiques indiquant que les changements de climat altèrent les bases des écosystèmes marins. L’élévation des températures rend l’océan plus stratifié, limitant les mouvements entre les différentes couches et la diminution de l’apport de nutriments à la surface où le phytoplancton se développe.

«Le déclin international est sans équivoque», dit Boyce. «Et c’est un problème sérieux. Le phytoplancton est essentiel pour notre système de survie planétaire. Il produit la moitié de l’oxygène que nous respirons, il prélève le CO2 de surface, et soutient en définitive toute notre pêche. Un océan avec moins de phytoplanctons fonctionnera différemment, et nous devons tenir compte de cela dans nos efforts de gestion.»

C’était un travail laborieux et détaillé, souvent devant un écran d’ordinateur. Plus d’un demi-million d’observations ont été compilées dans une précieuse base de données qui reflète les tendances sur plus de 100 ans.

«Ce travail était impressionnant», dit le Professeur Eric Filion du département de chimie de l’Université de Waterloo et membre du panel des juges de l’ACES. «Le fait d’avoir un article publié dans Nature à cette étape de sa carrière en dit long sur la qualité de sa recherche.»


Boyce a travaillé en étroite collaboration avec le Dr Boris Worm, un expert reconnu internationalement en biodiversité marine et directeur du Worm Lab à l’Université Dalhousie.

«Il est comme une éponge pour les données scientifiques», dit Dr Worm. «Il a accumulé laborieusement une énorme base de données sur le plancton, et il a ensuite extrait ces modèles extraordinaires dont personne n’était vraiment conscient. Il est très méticuleux, fait attention aux détails, tout en regardant la situation dans son ensemble.»

Et c’est la situation globale qui a inspiré Boyce.

«Le phytoplancton est la clé des opérations de pêche durable et de la santé générale de l’océan. Nous devons nous assurer que les chiffres ne continuent pas à décliner», dit Boyce, qui a travaillé avec une équipe du Bedford Institute of Oceanography en Nouvelle-Écosse. Il espère que son travail fournira des incitatifs pour un suivi international afin de réduire les incertitudes dans les projections futures.

Boyce recevra son prix en octobre quand l’Association canadienne pour les études supérieures tiendra son congrès annuel à St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador.

«La qualité des thèses soumises pour le Prix de l’ACES est de plus en plus impressionnante chaque année», dit la présidente de l’ACES, Noreen Golfman. «La passion, la persistance, et la rigueur académique du travail du Dr Boyce est un exemple parfait du rôle important que la formation supérieure canadienne joue dans le monde.»

Les Prix d’excellence pour une thèse de doctorat ACES/PROQUEST-UMI ont débuté en 1994. Ils reconnaissent les étudiants du doctorat dont les thèses apportent une contribution originale à leur domaine universitaire. Deux prix sont offerts chaque année: un dans la catégorie Génie, science médicale, et sciences naturelles; et un dans la catégorie Beaux-arts, sciences humaines, et sciences sociales.

L’Association canadienne pour les études supérieures (ACES) rassemble 58 universités canadiennes ayant des programmes d’études supérieures et les trois agences fédérales de subventions à la recherche, ainsi que d’autres établissements et organisations ayant un intérêt pour les études supérieures.

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec:
Gail Dugas
613-334-5658
gailadugas@gmail.com